Pages

dimanche 9 septembre 2012

Greb : mortier alternatif

La technique greb demande un mortier constitué de sciure (4-5 seaux), sable (3 seaux), chaux (1 seau) et ciment (1 seau) qui, normalement, se coule dans l'espace laissé entre les banches et l'ossature (environ 4cm). Notre problème a été double : d'abord, l'espace laissé n'était pas assez important pour couler en toute tranquillité, il fallait donc s'évertuer à faire glisser le mortier à l'aide d'un bout de liteau, à taper à coup de marteau sur les banches... tout ça pour constater le lendemain au démoulage qu'il y avait des trous ! Ensuite, parce que le ciment, dans l'idée et dans la pratique, on ne trouvait pas ça très séduisant et très agrébale à manipuler. Bref, la technique utilisée en générale par les grebeurs, nous l'avons tentée : nous ne l'avons vraiment pas aimée ! Le problème qui se posait était celui du contreventement, car dans le greb, le mortier y participe grandement. Ayant un rab' incroyable de feuillard, nous avons simplement opté pour un contreventement en feuillard à l'extérieur, et un joli colombage à l'intérieur. Ainsi, nous avons pu retrouver notre matériau favoris : la terre ! 
Nos mortiers sont constitués de 8-9 seaux de terre argileuse (celle dont on s'est servie pour la bauge, soit, 15-20% d'argile), de 3 seaux de sciure, et 2 seaux de chaux hydraulique (et de l'eau, évidemment). Le tout se comporte bien, fait une bonne prise, durci très vite et, ce qui est loin d'être négligeable, se pose à la main, tranquillement, pour un rendu vraiment joli ! 
En image légendées, voici ( prises de vues assurées par Sylvain, qui en plus de nous prêter ses outils, fait en prime nos reportages photos !) : 

Les enduits en ciment sont facilement reconnaissables à cet affreux gris tout plat...

Les 2 cases au dessus de la fenêtre sont remplies d'un mortier de terre-sciure....

La consistance du mortier définitif, avec chaux.

On peut voir les feuillards et la couche d'accroche (terre-eau).

Les 4 colonnes derrière Julien sont faites et commencent déjà à durcir.

Où l'on peut voir le gros "pchitt-pchitt" d'Hilary et Robert... très utile pour humidifier l'accroche ! et Aloïs, le fiston de Sylvain, venu jouer à la "destruction"... cocasse !

C'est bien plus beau que le ciment ! Là-dessus, nous ferons une couche de finition, mais l'année prochaine...



Nous aurons fini les mortiers cette semaine, mercredi ou jeudi, selon la météo...
Entre-temps, Guy est venu nous poser les vitres dans les cadres qui, à cause de leur planche en châtaigner servant à leur assurer un bon niveau, s'étaient déformés ! L'affaire fut simple à régler : enlever les planches, donner quelques bon coups de marteaux aux bons endroits et hop ! les vitres étaient en place ! Ce fut encore un moment où nous avons chéri la bauge, si facile à adapter et à casser, malgré sa solidité, quand il le faut !
Dernières photos : la façade sud et l'entrée, à l'est : 


Oui, le bois bouge...espérons que nous puissions poser la fenêtre !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire