Pages

dimanche 22 juillet 2012

Menuiseries : les cadres sont en place

Une bonne semaine de travail sous un soleil de plomb qui nous sèche en moins d'deux !
Nous allons recevoir la toiture, le pare-pluie, le frein vapeur et la paille cette semaine... La partie bois de la maison sera donc recouverte de son pare-pluie sous peu afin de pouvoir stocker la paille dessous... Mine de rien, les choses vont bon train !
En images, sous presque tous les angles et même en hauteur :









6 commentaires:

  1. avec 35° pas facile ! bon courage !

    RépondreSupprimer
  2. Super boulot, nous allons vous suivre de près,
    et en prime, allons déposer un lien depuis notre site
    internet dans ce weekend à l'adresse suivante :

    http://www.chrystom.com/blog/blog-et-sites-a-suivre/

    Bon courage.

    PS : Comment allez vous isoler entre le mur de soubassement
    et le mur greb ? (nous nous inquiétons pour notre projet sur
    le pont thermique à ce niveau. (projet fondations et soubassements
    en cyclopéens, dalle en béton de terre crue isolé en périphérie
    intérieur)

    Tomy et Chrystelle
    http://www.chrystom.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous comptons mettre une couche de liège en vrac entre le mur de soubassement et la paille. Elle fera l'épaisseur du bois, soit 4cm... A dire vrai, je pense que cela ne servira pas à grand'chose !Mais cela sera toujours mieux que rien... J'imagine que de toute manière, il y aura des ponts thermiques dans maints endroits de la maison à cause des changements de matériaux... On en prend donc notre parti tout en tentant de les réduire autant qu'on peut...

      Si vous voulez discuter de tout cela de vive voix, contactez-nous sur l'adresse mail (dodotheodore@hotmail.com) et je vous laisserai notre téléphone, c'est plus pratique !

      Bon courage à vous,
      Dorothée.

      Supprimer
    2. Je pense qu'en effet il faut plus chercher l'inertie que l'isolation dans ce genre de matériau! Eviter les sensations de parois froides, chercher à chauffer les murs, un bon chapeau et de bonnes bottes, et adieu la théorie de l'ITE... Par contre, je me demande comment vous avez assuré le jointoiement entre les menuiseries et le mur: vous n'avez pas peur que les phénomènes de dilatation/retrait créent des fissures le long du dormant? Et si non, comment avez vous opéré? Ma question n'est pas dénudée d'intérêts personnels : je prépare le changement des menuiseries au printemps sur ma maison en adobes (briques de terre crue fibrées). Je planifie toujours un joint de quelques millimètres d'espace vide entre mes enduits de terre et les boiseries...chose que je ne peux pas faire sur une fenêtre! Si vous avez un tuyau, je prends!

      Supprimer
    3. ... Nous avons tout bêtement encastré nos dormants dans les murs... pour le moment, pas trop de retrait (il faut dire que notre terre comprend une bonne dose de sable). Les murs "bavent" donc, ou débordent, sur les cadres d'environ 1,5cm. Les éventuels fissurations ou retraits seront comblés au moment de l'application des enduits de finition intérieur et extérieur. J'imagine que si on rencontre un problème on viendra apporter notre solution sur ce blog !
      Nous avons effectivement privilégié l'étanchéité plutôt que l'esthétique : ainsi, nos dormants ne se verront pas trop... c'est une affaire de goût ! Mais au niveau étanchéité, ça a l'air de fonctionner ! Si besoin, peut-être qu'on appliquera un joint sur tout le long...
      Le problème se pose davantage pour nous à l'endroit de la jointure linteau-dormant, où là, il faudra mettre une saloperie genre silicone je pense... un petit compromis presque inévitable...
      Bon courage pour le printemps prochain,
      Dorothée.

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer