Pages

jeudi 24 mai 2012

Ossature GREB : reportage détaillé

Après quelques questions, je viens préciser deux ou trois choses en images.
Avant tout, il faut savoir que nous montons les colonnes d'appuis en premier, puis les lisses hautes à niveaux et enfin, nous présentons les poteaux, faisons une marque au crayon, scions et vissons. Ainsi, chaque poteau a la bonne taille et cela nous permet de rattraper le niveau défaillant de l'arase. 
Donc, pour commencer, la fixation des poteaux avec les lisses basse et haute :  nous pré-vissons en bas et en haut du poteau, puis nous positionnons le poteau à sa place, entre la lisse haute et la lisse basse. Cette méthode a l'avantage de nous éviter des positions inconfortables qui font trop souvent sauter l'embout de la visseuse de la tête de vis (usant considérablement l'embout...). Ainsi, nous assemblons sans trop de difficultés ni trop d'efforts.
Le pré-vissage:

Le poteau en place mais pas encore vissé:

Deux vis de part et d'autre du poteau, venant mordre dans la lisse basse:


 Deux vis de chaque côté du poteau, venant mordre, là encore, mais dans la lisse haute :

 
En pratique ! :

Mais auparavant, il faut faire des dessins pour savoir combien il faut de bois, à quelles hauteurs... et puis, quel angle pour le biseau en haut puisque nous sommes sous rampant et n'avons pas de plafond - ou plutôt, le toit est le plafond. Ainsi, nos pignons sont inclinés et il s'agissait donc de savoir de combien afin de pouvoir tailler nos colonnes d'appuis avec l'angle voulu...
Ci-dessous, Julien étudie la question !




Ensuite... et bien le tour est  joué ! Les poteaux se placent à plus ou moins 60cm les uns des autres. Les lisses hautes se posent sur la tranche et sont des sections de 4m de long. A la jonction, on s'arrange pour qu'un poteau les soutiennent : donc, sur un seul poteau, viennent reposer les deux lisses, chacune sur la moitié du poteau (soit 2cm d'appui). On solidifiera tout ça à la fin avec des chutes de bois, histoire de s'assurer que les jonctions de lisse soient bien costaudes. 
Il faut bien sûr contre-venter ; puis mettre des jambes de force à tout ça en attendant les chevrons porteurs et surtout la paille, qui viendra rigidifier l'ensemble ; et enfin, mettre des tasseaux dans l'épaisseur du mur afin de s'assurer que les couloirs devant accueillir la paille gardent bien leur espacement, de haut en bas.
En image, cela donne ça : 







 Voilà, j'espère avoir été claire... S'il y a des questions, hé bien, allez-y !

Pour le reste, on parlera bientôt des encadrements de fenêtres et de la charpente... En attendant, il nous faut terminer la face sud de l'atelier (presque rien !) et le pignon est... Encore deux colonnes d'appui à lever : 3m, c'est rudement haut ! et quelques poteaux à fixer... un jeu d'enfant que nous aurons terminé demain ou samedi !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire