Pages

dimanche 1 avril 2012

Soubassement, première étape

D'abord la suite et la fin des fondations en quelques images : cette fois-ci, le 13 tonnes a pu rentrer sur le terrain et on a même pris des photos !




En plus des derniers graviers, nous avons reçu le sable gris qui nous servira uniquement pour le mortier des murs de soubassement - pas pour les joints que nous aimerions voir plutôt jaune-ocre : donc, sable jaune ou terre !

Ensuite, donc, après notre petite pause rennaise de vendredi, nous avons entamé la couche d'assise des murs de soubassement. Celle-ci se compose de pierres plates que nous posons directement sur le géotextile. Cela ne nécessite pas de mortier, ce n'est qu'ensuite que nous lierons les pierres à la chaux et au sable. Le travail est plus lent, plus souterrain pour les muscles. Les reins souffrent un peu, mais ça va ! Le rythme est également plus tranquille : on s'adapte à chaque tâche pour ne pas se fatiguer...
Le tout n'est pas très droit - on ne se sert pas de cordeaux ! Mais cette couche est semi-enterrée. Elle n'est que l'assise et se doit de couvrir les fouilles. Ensuite, le mur va un peu maigrir pour atteindre une base de 60cm et un sommet de 50cm. Le liège en vrac pour l'isolation se posera au fur et à mesure de la montée, au centre du mur, plus ou moins. Le plus long dans cette affaire est de brosser les pierres... Si elles étaient propres, on aurait déjà fini !!
Allez, les photos : 









Ce qui est drôle c'est que ce chantier de construction ressemble bien davantage à un chantier de démolition !

1 commentaire:

  1. Beau travail ! je dirais que ce chantier ressemble moins à un chantier de démolition qu'à un site de fouilles archéologiques...
    Dans 2000 ans les archéologues se gratteront la tête !

    RépondreSupprimer