Pages

mardi 11 juin 2013

Isolation du toit : laine de mouton en vrac

Quelques mots, donc, sur l'isolation en laine de mouton.
Le produit est 100% pur laine (sans ajout de polyester comme c'est le cas pour les rouleaux ou panneaux de laine) et traité antimites à cœur de fibres. Je ne ferais évidemment pas de publicité pour ce produit, les sociétés qui en vendent le font mieux moi ! L'application peut se faire avec une machine à souffler ou à la main. Nous avons essayé la première méthode... pour finalement lui préférer la seconde. La turbine de la machine que nous avions n'était pas assez puissante pour que cela soit efficace et rapide... Mais à la main, cela se fait très bien !
Petit reportage illustré : 
1/ il faut éventrer le sac et laisser s'aérer la laine (elle est déjà cardée) pour qu'elle reprenne son volume (ici : sac de 10kg dans une caisse d'1m3 - c'est ce qu'il faut pour l'isolation : 10-13kg/m3)
2/ ensuite, on prend simplement des brassées de laine que l'on vient glisser dans les travées (constituées par, dessus : le pare-pluie ; sur les côtés : les chevrons porteurs ; dessous : le frein vapeur). Il vaut mieux faire de grosses ouvertures dans le frein vapeur afin de pouvoir y infiltrer tout le haut du corps, c'est plus simple pour bien disposer la laine. Par ailleurs, nous avons fait 3 ouvertures par travées de 5m, le minimum selon nous, sinon, il faut s'armer d'un bâton pour pousser la laine. La difficulté de la pose à la main c'est la gestion de la densité... c'est très difficile de ne mettre que 10kg/m3... nous en avons donc mis davantage, mais la laine reste suffisamment aérée pour garantir l'isolation :
3/ enfin, il faut scotcher les entailles faites dans le frein vapeur...
Résultat des courses : la pose se fait très bien, le produit est agréable à manier et ne cause pas de désagrément (outre les petits poils qui s'infiltrent un peu partout et qui grattent - un peu comme les cheveux chez le coiffeur) ! Nous avons isolé tout le toit (100m2 environ) en 3 jours...

C'est l'occasion de faire un petit point sur l'isolation du toit. 
Plusieurs paramètres sont à prendre en considération. Les isolants naturels sont souvent excessivement chers et d'aucuns jugent préférable de se servir de la paille, beaucoup moins chère au kilo (la laine est à environ 4,5/6,5euros au kg ; la paille coûte 1/2euros la petite botte de 10-12kg). Ceci dit, la paille étant plus lourde et les bottes faisant, sur champ, environ 30cm de haut, cela nécessite une charpente beaucoup plus lourde et robuste... il faudrait faire les calculs pour apprécier le gain sur l'isolant mais le surcoût en bois... et en manutention (car une charpente lourde ne se pose pas à deux et à la seule force des bras...) Par ailleurs, si l'on veut mettre de la paille en toiture, le mieux est de la poser par le haut, donc, avant la couverture... il faut donc avoir une fenêtre météo particulièrement clémente sur une durée suffisamment longue (car il faut avoir le temps de poser tous les ballots et de les saupoudrer de chaux - je crois qu'il est même des gens qui enduisent un brin les bottes pour les protéger... mais je ne suis pas experte en la matière !)
Pour finir, je ne suis pas certaine que l'on s'y retrouve en terme de prix, de temps et d'efforts... Quant au pouvoir isolant, la paille en toiture n'est pas aussi performante qu'en mur, à cause de son inclinaison (une botte sur champ est bien plus isolante qu'une botte à plat)... 
Bref, Il faut bien réfléchir à tout ça avant de choisir son isolant de toiture, sachant, qui plus est, que le toit est une zone clé dans l'isolation d'une maison... 

Quoiqu'il en soit, chez nous, on ressent déjà le pouvoir de l'isolation en laine. Nous avons mis environ 25cm d'épaisseur en rampant (ce qui fait un R=7 environ, à quoi s'ajoute le petit R=0,5 du pare-pluie en fibre de bois) et 40cm en faux plafonds - la zone située en-dessous de la faîtière que l'on a choisi de faire plate, puisque la chaleur monte et que cet endroit est obstrué par le bois de la charpente (pour en R>11). On attend que la fenêtre arrive (celle du bureau prévue pour remplacée la fixe cassée cet hiver) pour apprécier pleinement les modifications d'isolation thermique et acoustique... 

Voilà tout pour ce matin... Un nouveau post sous peu pour montrer la dalle en terre en voie de finition...
 


 

6 commentaires:

  1. Beau boulot ! le frein vapeur est suffisamment solide pour résister au poids de la laine ? pas de risque dedéclencher une allergie pendant ou après la pose ? bises, Papa Dan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis-toi que le dispositif "frein vapeur" était prévu pour supporter un poids de ouate de cellulose s'élevant à 70kg au m3... et qu'ici, avec la laine, nous sommes sur une densité de 10-13kg au m3...! Ce qui fait, respectivement, 17,5kg de ouate par m2 en 25cm d'épaisseur et 3kg environ de laine pour le même volume. On a donc divisé par plus de 5 (quasi 6) le poids initialement prévu. Donc non, aucun risque de poids, bien au contraire ! Quant aux allergies...rien à signaler... c'est comme tripoter son pull en pure laine toute la journée : ça pique un peu, c'est tout.
      Des bises,
      Dorothée.

      Supprimer
  2. Bonjour !

    N'est-il pas possible de mettre de la paille en vrac au lieu de paille en botte : plus léger et plus isolant, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie,

      Il faudrait que tu fasses des recherches sur les sites des constructeurs en paille (genre Les Compaillons...)... J'aurai tendance à répondre par la négative. L'intérêt de la botte est sa résistance au feu : si tu mets de la paille en vrac, tu prends le risque de voir ton toit partir en fumée si jamais tu connais un sinistre de ce type...Qui plus est, la paille en vrac ne sera pas très isolante : il y aura beaucoup trop de trous au moment de l'installation, ce qui n'est pas le cas avec la laine de mouton par exemple, ou avec des bottes de paille (ce fait l'isolation est la présence d'air emprisonné et non pas la présence d'air tout court... ainsi la botte est plus isolante que la vrac car la paille elle-même renferme de l'air). Enfin, il te faudra sacrément la protéger : la paille est un met de choix pour nombre de rongeurs et une fois en vrac elle devient bien plus facile à attaquer ! Quant à la pluie... ta toiture devra accomplir la gageure d'avoir zéro défaut et ton pare-pluie devra avoir une longévité incroyable ! La paille n'aime pas du tout l'eau, et si elle est en vrac, l'eau s'y infiltre bien plus facilement que si elle est en botte...
      Je t'accorde que l'isolation du toit est toujours un problème... les isolants coûtent cher et la seule solution trouvée à moindre coût est la paille...en botte ! Ce qui nécessite une bonne charpente et tout un aménagement de couloir, une bonne protection contre la pluie et les bestioles...
      Mais encore une fois, pose ta question sur le forum des Compaillons, ils sont souvent de bon conseil !

      Bonne journée à toi,
      Dorothée.

      Supprimer
  3. Merci pour ta réponse. Bravo pour votre blog ! C'est très intéressant pour quelqu'un qui veut se lancer. J'ai du mal à savoir combien d'heures approximativement il vous a fallu pour construire mais je suppose que tu aurais du mal à en faire le compte. Je suis en train de me renseigner pour autoconstruire. Merci encore


    RépondreSupprimer