Pages

mardi 11 décembre 2012

Horaires d'hiver...

Avec quelques mésaventures, le mois de décembre est arrivé et nous commençons enfin (il est grand temps) l'isolation du toit.
La première déconvenue fut de découvrir des bouts de cloisons par terre après une belle journée de congé durement gagnée soldant le compte de l'étape "cloison" ! Nous pensions en avoir fini... mais non ! Rien de très grave, il vallait mieux que cela arrive maintenant, mais avouons tout de même que cela nous a largement contrarié ! L'affaire est maintenant résolue (pour éviter cela, il suffirait sans doute de bâcher les planches servant à coffrer car à la longue, elles se gorgent d'eau et le mortier y adhère très fortement... du coup, le décoffrage fragilise l'édifice) : un tour d'horizon de la maison où l'on pourra deviner quel a été le second problème...

l'atelier vu du coin jouxtant la chambre

vue de l'entrée de l'atelier, donnant sur le couloir

atelier, vue du tuyau de poêle courant entre lui et la chambre

couloir : vue depuis l'entrée de l'atelier (le poteau gêne, c'est vrai!)
Ce poteau ! mal placé au moment du montage de la charpente... hé! bien, c'est comme ça ! Et on peut tout de même passer, c'est le principal !

tentative de montrer la salle d'eau...
Le bout de cloison qui reste à faire est celui où arrivera l'eau... encastrée dedans donc...

au bout du couloir, à côté de la chambre : les toilettes sèches

la chambre depuis son entrée

l'entrée de la chambre (difficile de photographier un petit espace...)
On pourra voir que le tuyau du chauffage passe dans le couloir puis dans la chambre (vois ci-dessus, dans la placard) et enfin dans l'atelier. Lorsqu'il fonctionnera bien, la chaleur devrait se diffuser partout - on l'espère !

l'entrée de la maison et son placard

la pièce principale vue depuis mon bureau

idem - vue depuis la baie vitrée

la cuisine ; dans l'ombre, l'accès au couloir
pour aider à visualiser : le plan au sol !


La seconde déconvenue concernait - et concerne encore - le poêle. Par temps très froid, le rocket ne tirait plus... ce qui est un dysfonctionnement un peu majeur pour un poêle ! Après une longue discussion sur le forum d'écologie-pratique (la discussion s'intitule "dysfonction [mauvais tirage par temps froid]", pour ceux que cela intéresse) nous avons entrepris d'isoler de manière tout à fait non conventionnelle la cheminée externe et voici ce que cela donne : 

le coffrage en bac acier sans nervure
Les ferrailleurs nous ont plié en trois les morceaux de tôle afin que l'on puisse réaliser le coffrage à  l'aide de rivets, tout simplement !

Guy, venu nous aider à lever et arrimer tout ça aux murs !

Une trouvaille de Guy : des cales pour que le tuyau ne bouge pas dans son coffrage !


le coffrage en place, rempli de perlite

l'accès au tampon afin de pouvoir vider les eaux de condensation

Normalement, tout cela devrait bien fonctionner maintenant. Mais le taux d'humidité de la maison est tel que la condensation s'en donne à coeur joie ! Et tout le monde le sait, l'eau et le feu ne font pas bon ménage... Qui plus est, il est bien difficile de maintenir les tuyaux relativement chauds alors que nous n'allons sur le chantier que l'après-midi... Quand tout cela sera sec, on nous prédit un super rendement... On croise les doigts et en attendant, on se les caille !
Le dernier problème de ce chantier c'est bel et bien l'humidité. A cette saison, inutile de dire que la dalle ne sèche pas et que la maison en porte les traces : de la moisissure sur le dessous des pare-pluie, sur la dalle... Bref, on est en train de se dire qu'il va peut-être falloir louer un générateur de chaleur, histoire de donner un peu de vent chaud à tout ça ! Et on espère surtout que le super sèche cheveux sera efficace, non pas pour emménager plus vite (car on se fait à l'idée d'attendre l'été prochain) mais surtout pour assainir les lieux...
Affaire à suivre...

Voilà pour les actualités de Bazouges en terre...! 
Chantier décembre : isolation toiture.
Il faut augmenter l'espace sous chevrons avec d'autres chevrons plus petits afin d'avoir au moins 24cm de ouate ; poser les frein-vapeur (agraffes, skotch et colle - avec nos murs courbes en terre, ça va pas être une mince affaire...) : litonner et insuffler la ouate.
Après, on aura une bonne boîte !



6 commentaires:

  1. Bonjour,
    Moi qui ai fait un peu de terre/paille dans un mur à la maison, je peux vous dire que même au printemps, des moisissures et des brins de blé étaient apparus, le temps que tout cela sèche bien à cœur, et après tout était rentré dans l'ordre. Alors patiente et courage sont tout ce que je vous souhaite, dans une maison comme la votre, entre le temps de séchage et le temps qu'il faudra aux masses pour emmagasiner la chaleur estivale, c'est bien à l'hiver 2013/2014 que vous serez tout bien au chaud dans votre maison. Bonne suite pour la ouate.

    Rigel.

    RépondreSupprimer
  2. ...
    Merci pour ton soutien ! Nous ne sommes pas si pressés, mais il faut dire que malgré tout, on en a un peu marre d'avoir froid partout (notre location est chauffée à l'électricité... il fait 16°C ce matin dans la seule pièce chauffée et nos factures edf sont quand même sacrément élevées... non non, on ne se plaint pas !)!
    Alors vivement l'hiver prochain !!

    Bon hiver à toi, bien au chaud...

    RépondreSupprimer
  3. Courage les louloux ! Dette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci merci Bernadette !!
      On est tranquille... l'ouvrage avancera au rythme de nos envies et de son humeur !
      En attendant, on écoute Lead Belly et ça nous réchauffe le corps et le cœur !

      Des bises,
      DoJu.

      Supprimer